Loading...

      juillet 2017

      GALERIE ST-ELOI – CALLAS – 2017

      Exposition à la galerie Saint-Eloi à Callas du 31 juillet au 15 août 2017. vernissage  le vendredi 4 août à partir de 18 heures. Ouvert tous les jours de 11 h à 13 h et de 17h à 20h (dimanche après-midi sur rendez-vous)

      GALERIE MC2 – CHABLIS – 2017

      Michel Carlin présente à Chablis à la galerie MC2 une exposition de ses œuvres des époques de 2006 à 2014.    On peut y voir des « Suzanne » de 2006 détournées de la célèbre peinture du Tintoret « Suzanne et les vieillards », des torses d’hommes ayant servi d’études pour de grandes toiles « Mémoire de corps » ainsi que  des peintures plus récentes  de 2O15 « Au loin l’Angleterre ». Ce brassage de différentes années résonnent par leurs tons sépias, bruns, beiges et bleutés sur les murs de la galerie.

      juin 2015

      POLE CULTUREL CHABRAN – Artothèque – Draguignan – 2015

      Inutile de préciser que Michel Carlin est un passionné de jazz. La plupart de ses toiles hurlent cette musique aux racines d'espoir, aux fruits amers de novation. Il y a dans chaque composition toute l'âcreté du réel, la révolte contre l'habitude cohabitant par la rupture ou connivence avec les plages « cool » de chorus aux longs aplats uniformes et lisses comme les cordes sous l'archet de Mingus. Allant de la simplicité et jusqu'au dépouillement, Michel Carlin ne vise pas à la démonstration mais au témoignage. Entre l'œil ouvert sur le monde et celui du lecteur de la toile, un long et douloureux cheminement à travers les embûches du sentiment. Puis cette pâte est régurgitée avec force et passion. Michel Carlin est simple et vrai. Sa peinture en atteste dans ce qu'elle garde de fort et d'insaisissable. Et si nous cédons à l'angoisse devant ses ocres et ses bruns, ses blancs et ses noirs agencés dans un chaos essoufflant, c'est qu'il crie trop fort pour que nous puissions faire semblant de ne pas entendre » José LENZINI

      GALERIE PASCHOS – PAUILHAC (Gers) – 2014

      Le mouvement s’organise en une gestuelle lente, somptueuse, dont on sent l’aisance et l’allégresse, une joie de peindre formulée comme un plain-chant. Il s’agit de grandes brassées de couleurs, plus ou moins soutenues de graphies incises, de reprises dessinées ou spatulées, dont l’essentiel suscite la présence figurée et surtout le rythme. Michel Gaudet (extrait catalogue Mémoire de corps)

      Load More Posts